II - On tend vers l'intégration des personnes handicapées

           Pour favoriser l'intégration des personnes ayant un handicap, le gouvernement a voté le 11 février 2005, une loi qui consiste à tendre vers l'égalité des droits et des chances.

a - L'intégration dans le milieu scolaire

             L'insertion sociale des personnes handicapées s'améliore, c'est-à-dire que l'individu s'intègre à un groupe social ou à une société en intériorisant les normes et les valeurs de celui-ci. Notamment grâce au milieu scolaire qui s'organise autour du handicap pour que les personnes en souffrant puissent bénéficier des mêmes savoirs, et des mêmes chances que tout autre enfant. Cette insertion lui permet de développer son autonomie, dans un milieu ordinaire, ainsi que sa personnalité. Dès le début de la scolarisation, les parents et leurs enfants peuvent choisir parmi les différents types d'établissements.

          Il existe des classes spécialisées ou les enfants peuvent étudier selon leurs rythmes d'apprentissage. Pour les enfants du niveau primaire, il y a, par exemple, les classes pour l'inclusion scolaire (CLIS). Ensuite ces élèves peuvent se diriger vers les unités localisées pour l'inclusion scolaire (ULIS), qui correspondent au collège et lycée. Ces classes sont peu nombreuses par rapport à la quantité de demandes, donc les familles peuvent choisir si elles le souhaitent, de scolarisé leur enfants dans une école ordinaire. Il faut cependant que le handicap de l'enfant le permette, c'est-à-dire que l'enfant puisse suivre les cours à un rythme normal. Ces enfants peuvent bénéficier d'une auxiliaire de vie scolaire (AVS), ainsi que des matériels spécialisés. Lors d'un entretien, avec une jeune femme handicapée, elle a expliquée que pendant sa scolarité primaire, on lui m'était à disposition un ordinateur, ne pouvant pas écrire à cause de son handicap. Enfin, il existe des établissements spécialisés destinés aux personnes qui de par leur handicap, nécessitent d'un encadrement supplémentaire. On retiendra les IME  (Institut médico-éducatif) ou les écoles pour personnes malentendantes ou muettes.

          L'institut médico-éducatif Ségue d'Aube (61).

         

          On voit aussi une amélioration des relations entre des élèves et des personnes handicapées, comme le collège Dolto (de l'Aigle) qui a récolté 1600 euros pour le comité handisport, en organisant un parcours de santé, dans lequel les élèves ont pu découvrir en pratiquant, avec des personnes handicapées, des sports. Ces élèves se sont rendus compte qu'ils pouvaient eux aussi faire du sport.

          De plus grâce à cette loi de 2005, des allocations d’éducation (AEEH) sont donnés pour toute personnes en situation de handicap scolarisé. Il y des projets de scolarisation (PPS) fait et une commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH). Enfin aucun directeur d’école ne peut refuser un élève sous prétexte qu’il est handicapé. Cette loi a donc permis une meilleure intégration au niveau scolaire.

          Après cette intégration scolaire, celle-ci se poursuit au travail. 

b - L'intégration dans le milieu du travail

           Cette insertion sociale qui a lieu au cours de la socialisation primaire, c'est-à-dire la socialisation qui se déroule au cours de l'enfance à un moment où la personnalité de l'individu est la plus malléable. L'individu y intériorise un modèle culturel qui va lui permettre de s'intégrer dans la société, se poursuit au cours de la socialisation secondaire, qui intervient à l'âge adulte et qui s'appuie sur un individu socialement construit. Elle correspond à l'intervention de nouvelles institutions (mariage, entreprise, syndicats, etc.) qui vont modifier le système normatif de l'individu, contribuant ainsi à un processus de construction ou de déconstruction de son identité sociale. 

          Notamment, dans le milieu du travail, puisque les personnes handicapées peuvent avoir accès à un emploi dans une entreprise ordinaire, grâce à plusieurs lois, qui obligent les entreprises comprenant plus de 20 salariés, à avoir 6% de personnes handicapées au sein de leur établissement (loi du 10 juillet 1987). Il existe une agence, cap emploi (l'équivalent de pôle emploi), spécialisé pour les personnes ayant un handicap , qui aident ces personnes à acquérir un emploi. Il y a aussi des établissements offrant la possibilité aux personnes handicapées dans l'incapacité à travailler à l'extérieur, l'opportunité d'avoir un travail rémunéré, au sein de leur structure, tel que les ateliers protégés qui ont été crée en 1994 par l'IRIS (Initiative, Recherche, Insertion, Social).

          Atelier protégé de la Frémondière à l'Aigle (Orne).

  

           Depuis 2009, les préfets de régions doivent faire des plans régionaux pour l’insertion des travailleurs handicapés (PRITH), ces plans se mettent ensuite en place au niveau local avec les MDPH (Maison départementale des personnes handicapées).  De plus il y a des accords de fait entre Pôle emploi, Cap emploi et l’Etat pour faire augmenter de le taux de personnes handicapées travaillant. En 2010 plus de 140 000 handicapés ont trouvé du travail grâce à ces liens.  Chaque année l’Agefiph collecte, auprès des employeurs, environ 600 million d’euros pour des formations, des primes à l’insertion et aides à l’emploi.

        Ainsi, le travail y est spécifique en fonction de la personne et de son handicap. Les entreprises proposent des conditions de travail adapté. Lors d'un entretien avec une personne handicapée, nous avons découvert, qu'ils adaptaient le temps de travail, avec les temps partiels, et qu'ils rendaient leurs bâtiments accessibles à ces personnes.

c - Les aides mises en place pour favoriser l'intégration

          Pour favoriser l'intégration de ces personnes, il existe plusieurs choses afin qu'ils apprennent ou réapprennent des valeurs ; c'est-à-dire les manières de penser, une préférence collective qui définie ce qui est désirable et ce qui ne l'est pas, ce qui va orienter les conduites individuelles ; ou apprendre des normes, c'est une règle sociale, explicite ou implicite qui trouve son origine dans les valeurs de la société et qui conditionne le comportement de l'individu. Il existe des établissements qui permettent à ces personnes de pouvoir apprendre, afin qu'ils aient plus d'autonomie.

          L'association Perce Neige (Moulin-la-Marche, Orne) accueille des personnes ayant une déficience mental. Le but de l'association est de favoriser l'intégration des personnes handicapées, avec les moyens mis en place de favoriser leur autonomie et de changer le regard des personnes sur les personnes handicapées. Les personnes habitant dans cette établissement sont appelés des résidents et non des patients car ont ne leurs donnent pas de soins. L'établissement propose plusieurs activités aux résidents, ils peuvent choisir ce qu'ils veulent faire comme activités proposés, comme soit faire de la cuisine ou faire de la mosaïque. Ils font des sorties comme aller faire les courses, aller faire les magasins et vont aussi en discothèque. Certains vont chercher leur cigarettes tout seul au bar de la ville, ou vont prendre un café au restaurant. Chaque résident possède sa propre chambre et sa salle de bain. Si il le souhaite, il peut changer la décoration de chambre quand il arrive dans l'établissement, et peuvent s'enfermer à clé la nuit. Ils sont donc autonome, avec l'aide des éducatrices.

          La GEM est une association qui propose des activités dans le but de favoriser l'échange entre les adhérents de l'association. Elle accueille des personnes ayant une fragilité psychologique ou souffrant de la solitude. A travers des activités ou de sorties, les adhérents se détendent et parlent avec les autres membres. Lors de notre rencontre avec quelque personnes faisant partir de l'association, elles ont trouver une amélioration sur leur comportement, elles se sentent plus détendues et se sentent moins seul, moins mis à l'écart par les autres personnes. Un des membres de l'association nous a dit qu'avant il était distant, et ne voulait pas parler aux autres personnes, alors que maintenant il aime parlé avec les autres, rigolé. La GEM, lui a permis de s'ouvrir aux autres.

          L'article 46 ,de la loi du 11 février 2005, dit que l’accessibilité aux personnes handicapées doit être amélioré dans les lieux publics, comme les villes de plus de 5 000 habitants doivent faire des améliorations pour qu'elle soit accessible à tous, l'accessibilité dans les transports publics ou l'accessibilité des voiries. C'est-à-dire avoir des places de parking pour les personnes handicapées, abaissement des trottoirs, sonorisation des feux tricolores... etc.

          Un centre commercial a été construit à Cholet (Maine et Loire), qui est adapté à tout type de handicap. On trouvent des marquages au sol, des surveillants pour aider les gens... Ce centre commercial a été construit par un homme qui a vu son fils rencontrer plein de difficultés, qui était en fauteuil roulant, après un accident de moto.

         Selon une étude de l'Insee,  neuf personnes sur dix en situation de handicap ou d'incapacité accèdent aux lieux publics sans difficulté.

insee-1.png

          Sur 100 personnes en situation de handicap ou d'incapacité, 89.7 déclarent que les lieux ne sont pas difficiles ou impossibles d'accés d'aprés une enquête de Handicap santé de l'INSEE en 2008. Les lieux les plus difficiles d'accés déclaré par 10.3 % des personnes en situation de handicap ou d'incapacité sont le centre-ville, les services publics et les centres commerciaux. Bien que ce soit des lieux importants pour toute personne, ce n'est qu'une petite majorité de personnes handicapées qui déclarent que des lieux sont difficiles d'accés. Ce qui signifie bien les lieux sont plus accessibble.

          L'APF (Association des paralysés de France) a fait paraître le 11 février 2013, sont quatrième baromètre sur l'accessibilité des villes pour les personnes handicapées. En 2009, la moyenne était de 10.6/20; en 2012 elle est de 13.04/20. Dans les villes les mieux adapter, ont retrouvent Grenoble, Nantes, Belfort et Caen. Cela signifie bien que les lieux publics sont beaucoup plus accessibles qu'avant et que cela est en progression.

 

         L'intégration des personnes en situation de handicap est donc en progression puisque de nos jours il y a de plus en plus d'aides créer, des aides scolaires, financières et de personne. Bien qu'il y est une progression, il y a toujours de nombreuses inégalités.  

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site